Auteur/autrice : clef Page 1 of 8

Intermède à la fourmi

LA FOURMI

Une fourmi de dix-huit mètres
Avec un chapeau sur la tête,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.

Une fourmi traînant un char
Plein de pingouins et de canards,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.

Une fourmi parlant français,
Parlant latin et javanais,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.

Eh! Pourquoi pas?

Robert Desnos

 

En ce début 2022, je repense (et pourquoi pas ?) à Robert Desnos qui avait réussi à faire passer pour une comptine (qui fut apprise par de nombreux enfants dans les classes de France), un texte qui dénonçait pour des yeux avertis, la déportation.

Qui ne connaît pas cette poésie « Chantefable » ?

Relisez là avec vos yeux d’adultes en vous disant que la fourmi peut être aussi une locomotive qui emporte en déportation enfants, femmes et hommes de toutes langues…
Et souvenez-vous que Desnos est mort en déportation du typhus le au camp de concentration de Theresienstadt, en Tchécoslovaquie.

La voici chantée par Juliette Greco

Voici aussi une émission de France Culture relatant cela (au bout d’une heure douze d’émission environ pour ceux qui sont pressés).

♦♦♦♦♦

« La fourmi » me rappelle également une exposition du peintre
陈训勇  (Chen Xunyong) que j’avais vue en 2007 à Pékin.
Cette exposition m’avait  frappée ; j’en étais sortie très mal à l’aise… Pourquoi ?

 

 

retour haut de page

entre ciel et oiseau : une nouvelle peinture

Voici l’une de mes dernières peintures

entre ciel et oiseau – acrylique sur toile 182 x 120 © corinne leforestier

 

C’est presque l’invisible qui luit

C’est presque l’invisible qui luit
au-dessus de la pente ailée ;
il reste un peu d’une claire nuit
à ce jour en argent mêlée.

Vois, la lumière ne pèse point
sur ces obéissants contours
et, là-bas, ces hameaux, d’être loin,
quelqu’un les console toujours.

Rainer Maria Rilke – Les quatrains valaisans

 

retour haut de page

un poème de Li Bai – Dans la montagne …

山中問答

Dans la montagne question et réponse

李白
Li Bai (701-762)

問余何意棲碧山
笑而不答心自閑
桃花流水窅然去
別有天地非人間


Vous me demandez pourquoi je perche sur la montagne émeraude
je ris, sans répondre, le cœur libre
les fleurs de pêchers, au fil de l’eau s’éloignent
ciel et terre ici diffèrent du monde ordinaire

Editions moundarren – Li Po buvant seul sous la lune

Un poème de Li Bai calligraphié en xingcao en 2021 – © Corinne Leforestier sur papier de riz 70 x 45

Le poème lu en chinois

 

山中問答  – 李白

問余何意棲碧山
笑而不答心自閑
桃花流水窅然去
別有天地非人間

shān zhōng wèn róng – lǐ bái

wèn yú hé yì qī bì shān
xiào ér bù dā xīn zì xián
táo huā liú shuǐ yǎo rán qù
bié yǒu tiān dì fēi rén jiān

Bonne année 2022
à danser sous la lune ?

 retour haut de page

Une poésie de Su Dong Po calligraphiée en trois styles

Une poésie de Su Dong Po de saison,
calligraphiée en trois sytles : kaishu, xingshu, xingcao

書雙竹湛師房

Inscrit sur le mur de la chambre de maître Chan
au temple des deux bambous

蘇東坡
Su Dong Po(1037~1101)

暮鼓朝鍾自擊撞
閉門孤枕對殘釭
白灰旋撥通紅火
臥聽蕭蕭雨打窗

au crépuscule on frappe le tambour, à l’aube on sonne la cloche
porte close, sur l’oreiller solitaire face à la lampe qui s’éteint
je remue les cendres blanches, aussitôt le feu se ravive, rouge
allongé j’écoute « siao siao » la pluie tape à la fenêtre

« Le poêle et le poète et autres plaisirs poétiques de l’hiver » – Edition Moundarren

Une poésie de Su Dong Po calligraphié en xingshu (style courant)  en 2021 – © Corinne Leforestier

蕭蕭 siao siao fait la pluie …

 

Le même poème calligraphié en Kaishu (style régulier)

et en xingcao (mélange de caoshu – style herbe folle et xingshu (style courant)

les 3 ensembles

bonnes fêtes de fin d’année au coin du feu

retour haut de page

 

un poème de Li Bai -Air ancien (42ème)

古風第四十二首

Air ancien (42ème poème)

李白
Li Bai (701-762)

搖裔雙白歐 鳴飛滄江流
宜與海人狎 豈伊雲鶴儔
寄影宿沙月 沿芳戲春洲
吾亦洗心者 忘機從爾游

Dans un ébrouement d’ailes, deux blanches mouettes
Elles crient en survolant la rivière azurée
Familiers avec ceux qui les aiment vraiment
Comment se lieraient-elles avec les grues mesquines ?
Elles dorment sur le sable au clair de lune
Et jouent en liberté sur les îlots printaniers
je possède moi aussi un esprit purifié
Oubliant mes soucis, pour flâner je vous suis.

Traduction française de Florence Hu-Sterck – Air ancien (42ème poème) poème de Libai destinés aux calligraphes

Un poème de Li Bai calligraphié en xingcao en 2021 – © Corinne Leforestier sur papier de riz 70 x 45

Une autre calligraphie du même poème : voyez-vous les différences ?

 retour haut de page

un poème de Li Bai – le mont cuivre

銅山

Le mont cuivre

李白
Li Bai (701-762)

我愛銅官樂
千年未擬還
要須回舞袖
拂盡五松山

 

Traduction mot à mot

Moi aimer / mont Cuivre / joie
Mille années / non penser revenir
Vouloir alors / tournoyer dansantes manches
Frôler d’un coup / cinq-pins colline

◊◊◊◊◊◊

J’aime le mont Cuivre , c’est ma joie
Mille ans j’y resterais sans retour
Je danse à ma guise : ma manche flottante
Frôle, d’un seul coup tous les pins des cimes !

traduction François Cheng  – L’écriture poétique chinoise – Points Essais

Un poème de Li Bai calligraphié en xingcao en 2021 – © Corinne Leforestier sur papier de riz 70 x 45

 

voici une autre  calligraphie de ce même poème. Voyez-vous les différences ?

 retour haut de page

Pensées des morts

Les couleurs de l’automne sont là,
et le souvenir d’un beau texte de Lamartine mis en musique et chanté par Brassens revient…

Belle écoute

clue de la peine © Photo – Corinne Leforestier 2021

clue de la peine © Photo – Corinne Leforestier 2021

Pensées des morts

Voilà les feuilles sans sève
qui tombent sur le gazon
voilà le vent qui s’élève
et gémit dans le vallon
voilà l’errante hirondelle
qui rase du bout de l’aile
l’eau dormante des marais
voilà l’enfant des chaumières
qui glane sur les bruyères
le bois tombé des forets

C’est la saison où tout tombe
aux coups redoublés des vents
un vent qui vient de la tombe
moissonne aussi les vivants
ils tombent alors par mille
comme la plume inutile
que l’aigle abandonne aux airs
lorsque des plumes nouvelles
viennent réchauffer ses ailes
à l’approche des hivers

C’est alors que ma paupière
vous vit pâlir et mourir
tendres fruits qu’à la lumière
dieu n’a pas laissé mûrir
quoique jeune sur la terre
je suis déjà solitaire
parmi ceux de ma saison
et quand je dis en moi-même
où sont ceux que ton cœur aime?
je regarde le gazon

C’est un ami de l’enfance
qu’aux jours sombres du malheur
nous prêta la providence
pour appuyer notre cœur
il n’est plus : notre âme est veuve
il nous suit dans notre épreuve
et nous dit avec pitié
Ami si ton âme est pleine
de ta joie ou de ta peine
qui portera la moitié?

C’est une jeune fiancée
qui, le front ceint du bandeau
n’emporta qu’une pensée
de sa jeunesse au tombeau
Triste, hélas ! dans le ciel même
pour revoir celui qu’elle aime
elle revient sur ses pas
et lui dit : ma tombe est verte!
sur cette terre déserte
qu’attends-tu? je n’y suis pas!

C’est l’ombre pâle d’un père
qui mourut en nous nommant
c’est une sœur, c’est un frère
qui nous devance un moment
tous ceux enfin dont la vie
un jour ou l’autre ravie,
emporte une part de nous
murmurent sous la pierre
vous qui voyez la lumière
de nous vous souvenez vous?

Voilà les feuilles sans sève
qui tombent sur le gazon
voilà le vent qui s’élève
et gémit dans le vallon
voilà l’errante hirondelle
qui rase du bout de l’aile
l’eau dormante des marais
voilà l’enfant des chaumières
qui glane sur les bruyères
le bois tombé des forets

Lamartine

retour haut de page

un poème de Li Bai – visite au maître Yong dans son ermitage

尋雍尊師隱居

Visite au maître Yong dans son ermitage

李白
Li Bai (701-762)

群峭碧摩天
逍遥不记年
撥雲尋古道
倚樹聽流泉
花暖青牛卧
松高白鹤眠
語來江色暮
獨自下寒煙

parmi une foule de pics émeraude qui frôlent le ciel
tu vis librement, oubliant les années
écartant les nuages je suis un sentier antique
m’appuyant aux arbres j’écoute couler les sources
dans la tiédeur des fleurs des buffles noirs sont couchés
à la cime des pins des grues blanches dorment
tandis que nous parlons, sur le fleuve se posent les couleurs du crépuscule
seul, je redescends dans la brume froide

traduction Cheng Wing Fun & Hervé Collet  – Li Po buvant seul sous la lune – Edition Moundarren

Un poème de Li Bai calligraphié en xingcao en 2021 – © Corinne Leforestier sur papier de riz 70 x 45

 retour haut de page

La clue

L’une de mes dernières peintures est une clue.

Pourquoi peindre ce passage si étroit
creusé par l’eau entre deux falaises ?

Peut-être pour me rappeler qu’une goutte d’eau ajoutée à une goutte d’eau creuse toujours son passage entre les roches.
La lumière aussi.

la clue

La clue – technique mixte sur toile 130 x 90 – 2021 © Corinne Leforestier

On s’abandonne les yeux fermés à l’eau qui, inépuisablement, ouvre les chemins ; nulle excursion n’est plus envoûtante que celle où le bien-être inhérent à tout voyage au fil de l’eau se double de la sécurité magique qui s’attache au fil d’Ariane. Ainsi pendant de longues minutes, la barque progresse dans le silence glauque ; en même temps que le soleil, les falaises arrêtent jusqu’au moindre souffle d’air. Au milieu de l’excursion de l’Evre, ces moments de silence, dans ma mémoire, viennent se poser comme un long point d’orgue ; ce silence, un doigt sur les lèvres, debout et immobile, et matérialisé en demi au creux de ces étroits plein de présences païennes, c’est vraiment le génie du lieu qui l’impose.

Julien Gracq – extrait des eaux étroites

retour haut de page

un poème de Li Bai – chant du voyageur

估客行

Chant du marchand voyageur

李白
Li Bai (701-762)

海客乘天風
將船遠行役
譬如雲中鳥
一去無蹤跡

le voyageur des mers chevauche les vents du ciel
il appareille sa jonque pour de longues expéditions
comme un oiseau dans les nuages
une fois parti pas la moindre trace

traduction Cheng Wing Fun & Hervé Collet  – Li Po buvant seul sous la lune – Edition Moundarren

Un poème de Li Bai calligraphié en xingcao en 2021 – © Corinne Leforestier sur papier de riz 70 x 45

Le même poème calligraphié dans un format plus petit (45 x 35)

Peut-on encore vivre cet idéal taoïste aujourd’hui ?…

◊◊◊◊◊

Un autre voyageur nous a quitté samedi dernier et a presque réussi à le faire incognito. C’est Julos Beaucarne…

Même si notre histoire
Paraît dérisoire
Dans le temps qui fuit
Même si elle est vaine
Cette course humaine
Vers quoi et vers qui
Ce petit royaume
Sans majordome
C’est chez lui

Jamais à la traîne
Viens si le vent t’amène
J’ai du Frascati
Ne crains pas la pluie
De canard t’habilles
Amène Sophie
Au petit royaume
Sans majordome
Chez lui

Dans un coin de silence
Une mouche danse
Sur un air de gigue
Des cheveux de neige
Des yeux qui recherchent
On ne sait quoi ni qui
Ce petit royaume
Sans majordome
Chez lui

Un pied dans la tombe
La mort fait sa ronde
Et tu lui souris
Sa faux est à la porte
On sait qu’elle est proche
Mais ce qui la séduit
C’est ce petit royaume
Sans majordome
Chez lui

Si tu passes outre
Si dans une poutre
On t’enferme aussi
Tu passeras en douce
Comme sur de la mousse
Vite en paradis
Dans ce petit royaume
Sans majordome
Chez lui

Julos Beaucarne

Vous pouvez aussi écouter ce texte mis en musique
dans cet enregistrement INA…

Beau voyage !…


retour haut de page

Page 1 of 8

Fièrement propulsé par terracolorosa & Thème par Anders Norén