Catégorie : technique artistique Page 1 of 3

balade dans les arbres

Depuis le début de l’été, jambe cassée, j’ai rendez-vous avec les arbres tous les matins et tous les soirs avant et après le lever du soleil.  Il fait alors bon sur la terrasse. Je peux dessiner tranquillement presque deux heures.

Dessiner un même motif pendant deux mois apporte une autre façon d’être reliée. La lumière change mais aussi la manière d’être attentive à ce qu’on croit connaître et qu’on finit par ne plus voir ! Une aventure de chaque instant avec bien sûr quelques écueils, mais chemin faisant, de belles surprises.

Je suis certaine aussi que ces heures passées en contemplation, crayon ou pinceau à la main, alimenteront mes prochaines peintures.

J’espère que ces dessins en donneront un aperçu.

Les dessins ci-dessous sont réalisés sur un papier 160g – format A2 (42  x 59,4)

 

à la gauche du tilleul – fusain

 

sous le saule – craie conté

 

 

à la gauche du tilleul – encre

 

le frêne – encre

 

le pommier – craie conté

 

Ci-dessous, une autre série de dessins à l’encre au format A4

Du côté des chênes, plein Est

 

Du côté du tilleul, plein Ouest

 

 

le vent d’ouest

En dessinant,  je pensais aussi souvent à certains passages du livre “je suis ce que je vois” de Alexandre Hollan

 

Voir, c’est aussi reconnaître le moment où une perception résonne dans le corps.

Maintenir une partie de l’attention au monde extérieur permet au regard de prendre corps. Une réalité plus profonde apparaît… Une image plus stable, plus durable. Je commence à avoir contact avec ce que je vois. En avoir un goût, une sensation.

Regarder avec attention, avec patience et souplesse, pour réinventer, pour retrouver quelque chose. Regarder n‘est pas rien, c’est un travail « à l’envers » : se détacher du concept, des formulations, de l’envie de s’exprimer, de l’envie de se mettre à dessiner, à peindre.

Une impression est un contact bref entre le monde extérieur et quelque chose qui intérieurement lui correspond.

Le regard procède par touches et rebondissements, d’où des vibrations à la surface du dessin.

L’œil ne voit pas la ligne. La ligne est dans le temps. La vision est hors du temps. Dessiner le mouvement c’est courir dans le visible.

Laisser le regard s’élargir. Ne pas s’arrêter sur un détail. Ramener le regard perdu dans le monde. Loucher, brouiller le regard pour qu’il se libère des formes qui le captent.

 

autour du tilleul – photo

 

retour haut de page

balade sous les arbres

Cet été, une jambe cassée m’a empêchée de parcourir les chemins.

Je suis donc partie en balade à coups de crayons en m’inspirant de certaines œuvres trouvées sur le site des collections du Louvre.

 

Belle balade au bord de l’eau et sous les arbres …

Tous les dessins sont réalisés sur un papier 160g – format A4

 

 

Assis à l’ombre des chênes, entendez-vous cette poésie de Hugo ?

Aux arbres

Arbres de la forêt, vous connaissez mon âme!
Au gré des envieux, la foule loue et blâme ;
Vous me connaissez, vous! – vous m’avez vu souvent,
Seul dans vos profondeurs, regardant et rêvant.
Vous le savez, la pierre où court un scarabée,
Une humble goutte d’eau de fleur en fleur tombée,
Un nuage, un oiseau, m’occupent tout un jour.
La contemplation m’emplit le cœur d’amour.
Vous m’avez vu cent fois, dans la vallée obscure,
Avec ces mots que dit l’esprit à la nature,
Questionner tout bas vos rameaux palpitants,
Et du même regard poursuivre en même temps,
Pensif, le front baissé, l’œil dans l’herbe profonde,
L’étude d’un atome et l’étude du monde.
Attentif à vos bruits qui parlent tous un peu,
Arbres, vous m’avez vu fuir l’homme et chercher Dieu!
Feuilles qui tressaillez à la pointe des branches,
Nids dont le vent au loin sème les plumes blanches,
Clairières, vallons verts, déserts sombres et doux,
Vous savez que je suis calme et pur comme vous.
Comme au ciel vos parfums, mon culte à Dieu s’élance,
Et je suis plein d’oubli comme vous de silence!
La haine sur mon nom répand en vain son fiel ;
Toujours, – je vous atteste, ô bois aimés du ciel! –
J’ai chassé loin de moi toute pensée amère,
Et mon cœur est encor tel que le fit ma mère!
Arbres de ces grands bois qui frissonnez toujours,
Je vous aime, et vous, lierre au seuil des antres sourds,
Ravins où l’on entend filtrer les sources vives,
Buissons que les oiseaux pillent, joyeux convives!
Quand je suis parmi vous, arbres de ces grands bois,
Dans tout ce qui m’entoure et me cache à la fois,
Dans votre solitude où je rentre en moi-même,
Je sens quelqu’un de grand qui m’écoute et qui m’aime!
Aussi, taillis sacrés où Dieu même apparaît,
Arbres religieux, chênes, mousses, forêt,
Forêt! c’est dans votre ombre et dans votre mystère,
C’est sous votre branchage auguste et solitaire,
Que je veux abriter mon sépulcre ignoré,
Et que je veux dormir quand je m’endormirai.

Victor Hugo, Les Contemplations

 

 

A suivre une série de dessins d’arbres vus de la terrasse de la maison …

 

retour haut de page

la traversée des entournements : dernière peinture 2022

Ma dernière peinture, pour partir explorer l’inconnu …

la traversée des entournements – Technique mixte sur toile – 114 x 146 – © corinne leforestier

J’aime me perdre dans la peinture lorsque je peins.
Y retrouver des traces laissées par accident et partir en cheminements variés.
Les extraits suivants du texte Émergences-résurgences d’Henri Michaux expriment bien ce que je cherche en peignant.
Et c’est sans fin, toujours ouvert sur l’inconnu à découvrir.

Peindre pour manipuler le monde (les formes), et tâter de plus près, directement. Je devais sans doute rencontrer la peinture. La peinture est une base où on peut commencer à zéro. Support qui doit moins aux ancêtres. Au moins je fais éclater un des couvercles qui me retenait.

[…]

Par mon incapacité, riche au moins en surprises, je me donne des surprises… plus qu’ailleurs, jeune par jeune savoir. Par les chocs, les bévues. (Et non pas fixé au résultat tel quel, mais pour savoir ce qui viendra après, Peinture-étape.)

[…]

Peinture pour l’aventure, pour que dure l’aventure de l’incertain, de l’inattendu. Après des années toujours encore l’aventure.

Émergences-résurgences – Henri Michaux

Quelques détails de la peinture pour partir en exploration …

Je vous souhaite pour 2023 de cheminer
de découvertes en surprises,
de rester toujours dans l’Ouvert…

retour haut de page

trois nouvelles gravures : montagnes, ombres et éboulis

éboulis – aquatinte au sucre sur cuivre – 40 x 30 © Corinne Leforestier – été 2022

poisson volant – aquatinte au sucre sur cuivre – 40 x 30 © Corinne Leforestier – été 2022

le défilé – aquatinte au sucre sur cuivre – 40 x 30 © Corinne Leforestier – été 2022

Cette dernière gravure peut aussi se regarder dans l’autre sens

le défilé – aquatinte au sucre sur cuivre – 40 x 30 © Corinne Leforestier – été 2022

Les deux ensemble


Technique de l’aquatinte au sucre

Ces trois gravures ont été réalisées selon la technique au sucre
dont voici un descriptif technique

Etape 1 – plaque de cuivre encrée

Le graveur réalise son image au pinceau en utilisant un mélange d’encre de chine et de sucre.

Lorsque l’encre est sèche, il la couvre de vernis.

Etape 2 – plaque de cuivre vernie (encre recouverte)

Le graveur plonge ensuite sa plaque dans un bain d’eau tiède. Au contact de l’eau, le sucre gonfle et fait sauter le vernis, dénudant ainsi la plaque aux endroits où le pinceau a été passé.

On retrouve ainsi « un positif ».

Etape 3 – plaque dont l’encre a “sauté” dans l’eau

 La plaque est prête pour l’aquatinte.

L’aquatinte est un fond granulé et résistant à l’acide que l’on utilise pour graver des zones chromatiques pouvant aller du blanc au noir.

Le grainage consiste à déposer de manière uniforme sur la plaque des grains de résine ou de bitume qui y adhéreront après chauffage.

tirage de la plaque

Il ne reste plus qu’à la nettoyer et procéder à l’impression.

L’ensemble de ces opérations peuvent être répétées jusqu’à obtenir l’œuvre espérée.

 

La gravure, support de cette présentation technique
fait partie d’une série réalisée en 2004
“balade en forêt”

à l’orée du bois sur le chemin l’arbre sous le feuillage

 

Ces quatre gravures sont des aquatintes au sucre sur cuivre 20 x 20

à l'orée du bois
sur le chemin
l'arbre
sous le feuillage

retour haut de page

quatre nouvelles gravures : au fil de l’eau, à l’ombre du ravin

Les nouvelles gravures ont été  inspirées de dessins
croqués dans les ravins.

Les quatre dessins

Les quatre gravures correspondantes, aquatintes au sucre sur cuivre 30 x 20 tirées sur papier lana 56 x 38 sur la presse de l’artiste.

La composition des gravures 1, 3 et 4 est proche de celle des dessins mais celle de la deuxième est très différente. Cela peut s’expliquer par la façon dont j’utilise la technique de l’aquatinte au sucre.

Le dessin est un simple point de départ. L’aquatinte au sucre sur cuivre (ou zinc) facilite les accidents, propices au cheminement de la création.

Voici les états successifs de la gravure N°2.

Comme vous pouvez le constater, la gravure s’enrichit au fil des états et parfois des accidents entraînent de grands changements : ici une morsure trop longue (bain de perchlorure de fer trop chaud par temps caniculaire) a entraîné trop de gris dans le quatrième état. la gravure s’est avérée plus équilibrée en la retournant de bas en haut.

Je vous expliquerai dans un prochain article la technique de l’aquatinte au sucre.

A suivre

retour haut de page

au bout de l’île : nouvelle peinture

Ma dernière peinture, de retour du moulin normand …

au bout de l’île – technique mixte sur toile (114 x 146) © Corinne Leforestier 2022

La rivière endormie

Dans son sommeil glissant l’eau se suscite un songe
Un chuchotis de joncs de roseaux d’herbes lentes
Et ne sait jamais bien dans son dormant mélange
Où le bougeant de l’eau cède au calme des plantes

La rivière engourdie par l’odeur de la menthe
Dans les draps de son lit se retourne et se coule
Mêlant ses mortes eaux à sa chanson coulante
Elle est celle qu’elle est surprise d’être une autre

L’eau qui dort se réveille absente de son flot
Écarte de ses bras les lianes qui la lient
Déjouant la verdure et l’incessant complot
Qu’ourdissent dans son flux les algues alanguies.

Claude ROY – Poésie Gallimard

 

Les croquis de préparation pris sur le vif, assise dans l’herbe au moulin (sans juilletas c’est-à-dire les aoûtas de juillet).

Un autre poème pour partir en balade les pieds dans l’eau….

La rivière

 D’un bord à l’autre bord j’ai passé la rivière,
Suivant à pied le pont qui la franchit d’un jet
Et mêle dans les eaux son ombre et son reflet
Au fil bleui par le savon des lavandières.

J’ai marché dans le gué qui chante à sa manière.
Étoiles et cailloux sous mes pas le jonchaient.
J’allais vers le gazon, j’allais vers la forêt
Où le vent frissonnait dans sa robe légère.

J’ai nagé. J’ai passé, mieux vêtu par cette eau
Que par ma propre chair et par ma propre peau.
C’était hier. Déjà l’aube et le ciel s’épousent.

Et voici que mes yeux et mon corps sont pesants,
Il fait clair et j’ai soif et je cherche à présent
La fontaine qui chante au cœur d’une pelouse.

Robert DESNOS – Recueil “Contrée”

A quand la prochaine pluie ?…

retour haut de page

Garda toun boun tein / duo art & music

Voici une nouvelle co-création peintures et musique
avec le compositeur Jean-Christophe Rosaz

 et le Kiev Glier institute of music vocal  group
Conductor: Galina Gorbatenko

 

d’une main l’espace s’anime
d’un souffle jaillit le temps
derrière la main, avant le souffle
l’immobile se contemple

Vahé

 

retour haut de page

Une poésie de Su Dong Po calligraphiée en trois styles

Une poésie de Su Dong Po de saison,
calligraphiée en trois sytles : kaishu, xingshu, xingcao

書雙竹湛師房

Inscrit sur le mur de la chambre de maître Chan
au temple des deux bambous

蘇東坡
Su Dong Po(1037~1101)

暮鼓朝鍾自擊撞
閉門孤枕對殘釭
白灰旋撥通紅火
臥聽蕭蕭雨打窗

au crépuscule on frappe le tambour, à l’aube on sonne la cloche
porte close, sur l’oreiller solitaire face à la lampe qui s’éteint
je remue les cendres blanches, aussitôt le feu se ravive, rouge
allongé j’écoute « siao siao » la pluie tape à la fenêtre

“Le poêle et le poète et autres plaisirs poétiques de l’hiver” – Edition Moundarren

Une poésie de Su Dong Po calligraphié en xingshu (style courant)  en 2021 – © Corinne Leforestier

蕭蕭 siao siao fait la pluie …

 

Le même poème calligraphié en Kaishu (style régulier)

et en xingcao (mélange de caoshu – style herbe folle et xingshu (style courant)

les 3 ensembles

bonnes fêtes de fin d’année au coin du feu

retour haut de page

 

Nouvelles gravures entre arbres, rochers et ruisseau

 Toujours inspirées des balades dans les ravins, loin des tumultes du monde, une sélection de gravures réalisées cet été.

Quatre aquatintes au sucre sur cuivre 30 x 20
tirées sur papier lana 56 x 38 sur la presse de l’artiste.

à l’ombre du saule, au bord du ruisseau  © Corinne Leforestier 2021

 

 

les bruissements du chêne  © Corinne Leforestier 2021

 

 

 

sous le chêne, à l’écart du monde © Corinne Leforestier 2021

◊◊◊◊◊◊◊

En reflet chatoyant, un poème de Norge

De lumière

Dans l’étrange lumière solaire
Un étrange olivier sommeillait
La cigale au silence rongeait
D’une calme, une égale colère
Et le temps pour toujours semblait faire
De cette heure un cristal solitaire.
Sur une autre planète, est-ce vrai
Qu’il existe des cœurs et des guerres,
Des travaux, des saisons, des palais
Quand ici le néant est parfait
Dans l’étrange lumière ordinaire.

Norge Poésies 1923-1988 (Goût du bonheur)
Poésie / gallimard NRF

 

retour haut de page

Une poésie de Su Dong Po sur l’art de peindre

Une poésie de Su Dong Po sur l’art de peindre.

Une poésie de Su Dong Po calligraphiée en xingcao en 2021 – © Corinne Leforestier

與可畫竹時 見竹不見人
豈獨不見人 嗒然遺其身
其身與竹化 無窮出清新
莊周世無有 誰知此凝神

Quand Wen Yu-ko peignait un bambou,
il voyait le bambou, il ne voyait plus les hommes
non seulement il ne voyait plus les hommes,
en transe il en oubliait son propre corps
son corps se métamorphosait en bambou
sublime jaillissait une fraîcheur nouvelle
depuis que Chuang-tzu n’est plus,
personne n’a connu une telle force de concentration.

“Su Tung Po – rêve de printemps” – Edition Moundarren

♦♦♦♦♦♦

C’est un peu l’état que je recherche en faisant les croquis
pendant des heures au bord de l’eau ou sous les arbres.

En voici quatre dont je vais m’inspirer
pour réaliser quatre gravures cet été.

prochain article : 1er Août 2021
retour haut de page

 

Page 1 of 3

Fièrement propulsé par Terracolorosa & Thème par Anders Norén