Étiquette : Li Bai

un poème de Li Bai – assis seul devant le mont Jingting

獨坐敬亭山

Assis seul devant le mont Jingting

李白
Li Bai (701-762)

眾鳥高飛盡
孤雲獨去閑
相看兩不厭
隻有敬亭山

Les oiseaux s’éloignent très haut et disparaissent
Un nuage solitaire s’efface avec nonchalance
Le mont et l’homme se contemplent sans cesse
Je sens que seul existe le mont Jingting propice

traduction Shi Bo

Un poème de Li Bai calligraphié en xingcao en 2021 – © Corinne Leforestier sur papier de riz 70 x 45

Le même poème calligraphié dans un format plus petit (45 x 35)

Ce quatrain est l’un des plus mystérieux de la poésie Tang.
C’est sans doute pourquoi les traductions varient.
En voici d’autres.

Tout d’abord, la traduction mot à mot du titre avec pinyin

seul
zuò assis
jìng respect hommage
tíng 1-pavillon ;
2-dressé de toute sa hauteur
shān montagne

      –

1
Contemplant le mont Ching-t’ing
Les oiseaux s’envolent, disparaissent.
Un dernier nuage, oisif, se dissipe.
à se contempler l’un l’autre,
il ne reste que le mont Révérence

traduction François Cheng – Entre source et nuage

 2
Seul assis face au mont Chin ting
Les oiseaux s’envolent haut et disparaissent
Un nuage solitaire, oisif, s’éloigne
à nous contempler sans nous lasser
seul le mont Ching ting

traduction Cheng wing fun & Hervé Collet  – Lipo buvant seul sous la lune – Edition Moundarren

3
Assis seul devant le mont respect
Une volée d’oiseaux a disparu.
Indolent dans le ciel – un seul nuage.
Nous regardant tous deux sans nous lasser
Tant qu’il ne reste plus que la montagne.

traduction André Markowicz  – Ombres de Chine

4
Assis devant le mont Jingting
Les oiseaux s’effacent en s’envolant vers le haut
Un nuage solitaire s’éloigne dans une grande nonchalence
Seuls, nous restons face à face, le Mont Jingting et moi
Sans nous lasser jamais l’un de l’autre

traduction JMG Le Clezio / Dong Qiang
Le flot de la poésie continuera de couler

chacun son mont jingting; voici celui de Chaudon

retour haut de page

A l’an nouveau : tout passe

Une sentence d’après Li Bai pour venir
vous souhaiter une bonne année 2020

古來萬事東流水
人間苦賽樂浮雲

D’après Li Bai (701-762)
Depuis que le monde est monde toutes choses sont éphémères
comme l’eau qui galope vers l’est
Dans ce monde des humains, la joie et la tristesse sont toujours plus éphémères que les nuages passagers

traduction ShiBo

calligraphie en caoshu sur papier de riz 70 x 50 marouflé – Corinne Leforestier

retour haut de page

 

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén