Étiquette : video

video

Garda toun boun tein / duo art & music

Voici une nouvelle co-création peintures et musique
avec le compositeur Jean-Christophe Rosaz

 et le Kiev Glier institute of music vocal  group
Conductor: Galina Gorbatenko

 

d’une main l’espace s’anime
d’un souffle jaillit le temps
derrière la main, avant le souffle
l’immobile se contemple

Vahé

 

retour haut de page

Par-delà le temps / duo art & music

Voici une nouvelle co-création avec le compositeur
Jean-Christophe Rosaz.

 


Une autre vidéo sur d’autres extraits de la même composition musicale nous conduit ailleurs …

 

En regardant ces deux films, je pense qu’il existe autant d’univers sensibles que d’Êtres et l’Art est là pour nous le révéler.

Proust nous le rappelle également dans cet extrait “du temps retrouvé”.

[…] La grandeur de l’art véritable, au contraire, de celui que M. de Norpois eût appelé un jeu de dilettante, c’était de retrouver, de ressaisir, de nous faire connaître cette réalité loin de laquelle nous vivons, de laquelle nous nous écartons de plus en plus au fur et à mesure que prend plus d’épaisseur et d’imperméabilité la connaissance conventionnelle que nous lui substituons, cette réalité que nous risquerions fort de mourir sans l’avoir connue, et qui est tout simplement notre vie, la vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie, par conséquent, réellement vécue, cette vie qui, en un sens, habite à chaque instant chez tous les hommes aussi bien que chez l’artiste. Mais ils ne la voient pas, parce qu’ils ne cherchent pas à l’éclaircir. Et ainsi leur passé est encombré d’innombrables clichés qui restent inutiles parce que l’intelligence ne les a pas « développés ». Ressaisir notre vie ; et aussi la vie des autres ; car le style, pour l’écrivain aussi bien que pour le peintre, est une question non de technique, mais de vision. Il est la révélation, qui serait impossible par des moyens directs et conscients, de la différence qualitative qu’il y a dans la façon dont nous apparaît le monde, différence qui, s’il n’y avait pas l’art, resterait le secret éternel de chacun. Par l’art seulement, nous pouvons sortir de nous, savoir ce que voit un autre de cet univers qui n’est pas le même que le nôtre et dont les paysages nous seraient restés aussi inconnus que ceux qu’il peut y avoir dans la lune. Grâce à l’art, au lieu de voir un seul monde, le nôtre, nous le voyons se multiplier, et autant qu’il y a d’artistes originaux, autant nous avons de mondes à notre disposition, plus différents les uns des autres que ceux qui roulent dans l’infini, et qui bien des siècles après qu’est éteint le foyer dont ils émanaient, qu’il s’appelât Rembrandt ou Ver Meer, nous envoient leur rayon spécial.

Proust “le temps retrouvé”

Belles plongées dans le temps et l’espace !

retour haut de page

Intermède à la fourmi

LA FOURMI

Une fourmi de dix-huit mètres
Avec un chapeau sur la tête,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.

Une fourmi traînant un char
Plein de pingouins et de canards,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.

Une fourmi parlant français,
Parlant latin et javanais,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.

Eh! Pourquoi pas?

Robert Desnos

 

En ce début 2022, je repense (et pourquoi pas ?) à Robert Desnos qui avait réussi à faire passer pour une comptine (qui fut apprise par de nombreux enfants dans les classes de France), un texte qui dénonçait pour des yeux avertis, la déportation.

Qui ne connaît pas cette poésie “Chantefable” ?

Relisez là avec vos yeux d’adultes en vous disant que la fourmi peut être aussi une locomotive qui emporte en déportation enfants, femmes et hommes de toutes langues…
Et souvenez-vous que Desnos est mort en déportation du typhus le au camp de concentration de Theresienstadt, en Tchécoslovaquie.

La voici chantée par Juliette Greco

Voici aussi une émission de France Culture relatant cela (au bout d’une heure douze d’émission environ pour ceux qui sont pressés).

♦♦♦♦♦

“La fourmi” me rappelle également une exposition du peintre
陈训勇  (Chen Xunyong) que j’avais vue en 2007 à Pékin.
Cette exposition m’avait  frappée ; j’en étais sortie très mal à l’aise… Pourquoi ?

 

 

retour haut de page

Les miroitants ou reflets sur rochers

Depuis quelques années je pratique la peinture sur rocher.
Le film présenté dans ce post en montre un aspect.
Lorsque je le préparais, je suis tombée sur le livre
“Dans la montagne vivante” de Nan Shepherd.
Et l’ouvrant au hasard, je lis :

Connaître complètement ne serait-ce qu’un champ est l’expérience d’une vie. Dans le monde de l’expérience poétique, c’est la profondeur qui compte, pas la largeur.

Quelques pages plus loin :

Le bruit de toute cette eau courante est aussi essentiel à la montagne que le pollen aux fleurs. On l’entend sans l’écouter, comme on respire sans y penser. Mais à l’écoute, le bruit se désintègre en de nombreuses notes différentes – la lente claque du loch, le trille aigu du ruisselet, le rugissement de la cascade. Sur une petite portion d’un cours d’eau, l’oreille peut distinguer simultanément une douzaine de notes différentes.

C’est cette expérience que je recherche dans la peinture sur rocher au bord de l’eau. Rencontrer la montagne par ses sentiers oubliés.
Écouter et entendre ce qu’elle a à dire et parfois, prendre un peu d’encre de chine et tenter la trace sur la paroi avec le pinceau ou  la main.

Les éclats de soleil reflétés par une cascatelle sur un rocher ouvrent soudain un espace à découvrir.
Il faut s’y installer, prendre le temps de n’en rien attendre pour mieux ensuite se laisser traverser.

Je reviendrai dans un prochain post sur ce que cette pratique apporte au travail de peinture en atelier.


Ce film est conçu pour entrer en contemplation, éprouver un autre rythme au cœur de la montagne vivante.
Il est à regarder et écouter sur grand écran (et non smartphone)

Images et sons captés dans le ravin au merle en mai-juin 2020
Peinture sur rocher réalisée en 2019

 

retour haut de page

vidéo de la balade de wu wei

Comme annoncé lors du précédent post, voici la balade de

wu wei (non agir) calligraphié en kaishu


Images et sons captés dans le ravin au buffle en mai 2020

Création à Chaudon – Mai 2020


La mise à jour de ce blog a été interrompue par  un orage survenu le dimanche 26 avril : plus d’accès internet pendant presque un mois !
Les prémisses du monde d’après ?…

Le témoignage sonore de cet orage :

retour haut de page

Meng HaoRan – aube au printemps : vidéo d’une calligraphie mise en musique par Jean Christophe Rozaz

Pour apporter un peu de légèreté et accueillir en musique le printemps qui vient, voici une vidéo.
Elle présente la calligraphie en caoshu du poème “aube au printemps” de Meng Haoran,  mise en musique par Jean-christophe Rozaz.

Création à Nankin – Août 2018
Le coeur Polysons – Piano : Mathieu Picard – Direction : Elisabeth Trigo


Ce même poème calligraphié dans mon atelier le 14 mars 2020

calligraphie en caoshu – 50 x 70 © Corinne Leforestier 2020

 

孟浩然-春曉

春眠不覺曉
處處聞啼鳥
夜來風雨聲
花落知多少

Meng Haoran (689 – 740)
Aube au printemps

Le sommeil au printemps dure au-delà de l’aube
Partout me parviennent des piaillements d’oiseaux
Dans la nuit j’entends le murmure du vent et de la pluie
Sais-tu combien de fleurs sont tombées ainsi ?

Traduction de Shi Bo


En vous souhaitant un beau printemps !

retour haut de page

Wang Wei – dans la montagne : vidéo d’une calligraphie en caoshu

王维 – 山中

Voici la vidéo de la calligraphie du poème “dans la montagne”
de Wang-Wei réalisée en septembre 2018 à Chaudon

 

calligrdans la montagne

calligraphie en caoshu sur papier 50×70  © Corinne Leforestier

荊溪白石出
天寒紅葉稀
山路元無雨
空翠濕人衣

Wang Wei (701 – 761)
Visite du Temple Xiangji

Rochers blancs surgissant des eaux de Jing
Feuilles rouges, ça et là, dans le ciel froid
Il n’a pas plu sur le sentier de montagne
Seul l’azur du vide mouille nos habits.

Traduction de François Cheng
L‘écriture poétique chinoise p.137

retour haut de page

Fièrement propulsé par terracolorosa & Thème par Anders Norén