Catégorie : calligraphie chinoise Page 1 of 4

Les interférences sauvage de E. Bazin : Reflets d’ondes et signes calligraphiques

Emmanuel Bazin m’a contacté au début de l’été souhaitant présenté l’une de mes calligraphies dans l’ouvrage « interférences sauvages ».
C’est un ouvrage de photographies d’eau vue de très près; un voyage entre art et science où l’eau est scrutée avec attention curieuse et ouverte.

La démarche de E. Bazin m’a beaucoup intéressée. Aussi, ai-je accepté avec joie de figurer dans ce carnet.

Voici un extrait  pour vous donner envie de suivre le courant  :

Avant propos : L’eau vue de près, une histoire et une aventure

L’eau bien sûr est universelle mais j’en ai fait une affaire personnelle : né à Cherbourg sous le signe du Poisson, c’était un bon début, confirmé en Pays d’Auge puis désormais dans le Finistère. C’est dire si cet attachement conduit mes pas. J’apprécie comme tant d’autres les paysages de mer, les bains toniques, les étangs pleins d’oiseaux, les rivières à marées, les ondées bienfaisantes, un bon verre d’eau fraîche et tous les jours je rends hommage à ses bienfaits remarquables. Mais, …

Mais la curiosité m’a poussé plus loin, au-delà des jeux et de la contemplation. Cette fréquentation assidue a aiguillé mon attention vers les étonnantes propriétés qui ont donné à l’eau la place qu’elle occupe dans l’univers ; un élément aussi omniprésent a nécessairement des propriétés pleines d’enseignements. J’ai la chance d’avoir de bons yeux qui m’ont permis très tôt de découvrir les plaisirs d’observer les petite choses de la nature comme les grandes de l’art ; c’est ainsi qu’une particularité de l’eau, m’a progressivement entraîné dans une recherche dévorante et conduit à des découvertes assez étranges que j’ai voulu partager dans ce carnet.

Emmanuel Bazin

Voici 3 photos d’œuvres d’art présentées dans le chapitre
« SIGNES. Une impression de déjà vu , dans les arts ethniques et contemporains peut-être. »

photo de E Bazin - https://www.stream-art.fr/photo de E Bazin - https://www.stream-art.fr/

photo de E Bazin - https://www.stream-art.fr/


 

Table des matières
Table des matières - les interférences sauvages de - https://www.stream-art.fr/
Ce livre peut être commandé sur le site https://www.stream-art.fr/

La traduction du poème de Han Shan peut être retrouvée ici

 

Beaux voyages au fil de l’eau   ! ……………………..

retour haut de page

 

La préface au pavillon des orchidées de Wang Xizhi

Depuis un an je travaille la célèbre préface du pavillon des orchidées (蘭亭集序) de Wang XiZhi (王羲之 –321-379 ou 303-361) considéré comme le prince des calligraphes.

Voici un fac-similé de l’époque Tang.

La Préface rédigée au pavillon des Orchidées (wikipedia)

Je présente dans ce post la 4ème version que j’ai réalisée cet été. Il ne s’agit pas d’un fac-similé où les calligraphes recopient la composition à l’identique (y compris avec les corrections ce qui surprend beaucoup les occidentaux) mais d’une présentation en colonnes de 15 caractères qui se base sur le modèle du calligraphe contemporain 陳國昭.

modèle de 陳國昭

J’ai également suivi le modèle conseillé par Shi Bo en travaillant chaque caractère un par un avant de les travailler colonne par colonne


Voici le résultat.

calligraphie 2020 -sur papier de riz 70 x 140 Corinne Leforestier

Quelques détails

 

Au fil des jours je sens le pinceau plus fluide mais je suis encore loin de l’idéal. Il y aura d’autres tentatives ! 

Travailler ce style calligraphique est une belle méditation à l’instar des douze années passées à travailler la calligraphie avec Shi Bo.


Quelques références à consulter pour ceux qui souhaiteraient approfondir ce sujet :

La légende autour de cette calligraphie relatée par Shi Bo : http://sereniteart.blogspot.com/2015/05/le-pavillon-des-orchidees-preface-de.html

Une exposition de la BNF : http://expositions.bnf.fr/chine/arret/1/6.htm

Une exposition au musée Cernuschi présentant également une traduction : https://www.cernuschi.paris.fr/fr/collections/collections-chinoises/chine-moderne-et-contemporaine/preface-au-pavillon-des-orchidees

Belles découvertes  ! ……………………..

retour haut de page

 

Un poème de Lu Yu : au cours de l’été

夏日
陸游

溪漲清風拂面
月落繁星滿天
數只船橫浦口
一聲笛起山前

au cours de l’été de Lu Yu (1125 – 1210)
au bord de la rivière au flot gonflé le vent frais caresse mon visage
la lune s’est couchée, un essaim d’étoiles remplit le ciel
quelques barques de guingois dans la crique
d’une flûte un air mélodieux s’élève sur la montagne en face

L’art de la sieste « L’été » – Edition Moundarren


Dans ce poème, 6 caractères comportent le radical eau:
shuǐ

Il s’agit des mots ruisseau, monter, limpide, tomber, plein/rempli et confluent.

Les voici calligraphiés successivement en kaishu, xingshu et caoshu

ruisseau

monter zhǎng

limpideqing

tomberluò

rempli, plein 滿 mǎn

confluent


le premier vers du poème

溪漲清風拂面

xī zhǎng qīng fēng fú miàn

au bord de la rivière au flot gonflé le vent frais caresse mon visage

retour haut de page

Pei Di – Colline Huazi – un poème calligraphié selon deux compositions

裴迪 – 華子崗

Un poème de Peidi calligraphié en xingcao en 2020 – 70 x 45 © corinne leforestier

Un poème de Peidi calligraphié en xingcao en 2020 – 70 x 45 © corinne leforestier

 

日落松風起
還家草露晞
雲光侵履跡
山翠拂人衣

Pei Di (716 – ?)
Colline HuaZi

Le vent se lève parmi les pins
Sur le chemin du retour la rosée évaporée, les herbes sont sèches
La lumière à travers les nuages illumine les traces de nos pas
La verdure de la colline caresse nos habits

Traduction de Shi bo


Et voici le même poème calligraphié sur un plus petit format en trois colonnes

retour haut de page

Un poème de Po Chu Yi

Un poème de Po Chu Yi calligraphié en xingcao en 2020 - © corinne leforestier

Un poème de Po Chu Yi calligraphié en xingcao en 2020 – © corinne leforestier


白居易

置琴曲機上
慵坐但含情
何煩故揮弄
風弦自有聲

Le Ch’in de Po Chu Yi (772 – 846)

Le ch’in est posé sur une table en bois noueux
bien qu’assis paresseusement, j’aspire à y exprimer mon sentiment
inutile d’agiter mes doigts
le vent caressant les cordes improvise un air

Po Chu Yi  « un homme sans affaire » – Edition Moundarren


Voici une autre calligraphie du même poème au même format (70 x 45)

et une autre dans un format plus petit (45 x 35)


le dernier vers du poème

風弦自有聲

fēng xián zì yǒu shēng

le vent caressant les cordes improvise un air

Le Ch’in (Guqin) est un instrument de musique traditionnel chinois à sept cordes de la famille des cithares
古琴

retour haut de page

 

vidéo de la balade de wu wei

Comme annoncé lors du précédent post, voici la balade de

wu wei (non agir) calligraphié en kaishu


Images et sons captés dans le ravin au buffle en mai 2020

Création à Chaudon – Mai 2020


La mise à jour de ce blog a été interrompue par  un orage survenu le dimanche 26 avril : plus d’accès internet pendant presque un mois !
Les prémisses du monde d’après ?…

Le témoignage sonore de cet orage :

retour haut de page

Carnet de balade de wu wei

Ces jours-ci, je me suis exercée à calligraphier wu wei en différents styles

無為

Non agir
cinq calligraphies,  quatre styles différents

Aux deux extrémités, il s’agit du style courant 行書 de Wang XiZhi tiré de la célèbre préface du pavillon des orchidées (王羲之 – 蘭亭集序). Je travaille cette préface quotidiennement depuis septembre : elle est un passage « obligé » pour tout calligraphe. Je vous présenterai cela dans un prochain post.

Ensuite de gauche à droite : 2 styles de caoshu herbe folle 草書

et un autre style courant 行書 le style « bambou gracieux » de Shi Bo

Mais :

wu wei aime l’air libre. Quelques photos en témoignent.
La suite de ses aventures en images animées dans un prochain post …

A bientôt ! ……………………..

retour haut de page

 

Un poème de Han Shan

Un poème de Han Shan calligraphié en xingcao en 2020 70 x 50 – © corinne leforestier

寒山詩

碧澗泉水清
寒山月萃白
默知神自明
觀空境逾寂

Un poème de Han Shan (VII-VIIIè)

torrent de jade, source claire
la lune sur Han Shan, lumière blanche
compréhension tacite, l’esprit originellement clair
à contempler le vide s’épanouit le silence

Han Shan « merveilleux le chemin de Han shan » – Edition Moundarren


et voici 2 autres calligraphies du même poème


觀空

voir le vide

voir le vide : au pied du rocher - Chaudon - 11 avril 2020

 

retour haut de page

 

Meng HaoRan – aube au printemps : vidéo d’une calligraphie mise en musique par Jean Christophe Rozaz

Pour apporter un peu de légèreté et accueillir en musique le printemps qui vient, voici une vidéo.
Elle présente la calligraphie en caoshu du poème « aube au printemps » de Meng Haoran,  mise en musique par Jean-christophe Rozaz.

Création à Nankin – Août 2018
Le coeur Polysons – Piano : Mathieu Picard – Direction : Elisabeth Trigo


Ce même poème calligraphié dans mon atelier le 14 mars 2020

calligraphie en caoshu – 50 x 70 © Corinne Leforestier 2020

 

孟浩然-春曉

春眠不覺曉
處處聞啼鳥
夜來風雨聲
花落知多少

Meng Haoran (689 – 740)
Aube au printemps

Le sommeil au printemps dure au-delà de l’aube
Partout me parviennent des piaillements d’oiseaux
Dans la nuit j’entends le murmure du vent et de la pluie
Sais-tu combien de fleurs sont tombées ainsi ?

Traduction de Shi Bo


En vous souhaitant un beau printemps !

retour haut de page

Un poème de Yang Wan Li : les oiseaux du froid calligraphié en deux formats

un poème de Yang Wan Li calligraphié en xingcao en 2020 sur papier de riz 70 x 45

寒雀 – 楊萬里

百千寒雀下空庭
小集梅梢語晚晴
特地作團喧殺我
忽然驚散寂無聲

Les oiseaux du froid – Yang Wan Li (1127-1206)

cent, mille oiseaux du froid descendent dans la cour déserte
un moment ils se rassemblent dans les branches du prunier,
parlent entre eux de cette belle soirée
ils forment des bandes pour jacasser, exprès me cassent les oreilles
soudain ils se dispersent, silence, plus un seul bruit

Yang Wan Li – le son de la pluie
Edition Moundarren

et voici une autre calligraphie du même poème sur petit format
(papier de riz 50 x 34)

retour haut de page

 

Page 1 of 4

alimenté par Terracolorosa & Thème par Anders Norén