Catégorie : noir

La clue

L’une de mes dernières peintures est une clue.

Pourquoi peindre ce passage si étroit
creusé par l’eau entre deux falaises ?

Peut-être pour me rappeler qu’une goutte d’eau ajoutée à une goutte d’eau creuse toujours son passage entre les roches.
La lumière aussi.

la clue

La clue – technique mixte sur toile 130 x 90 – 2021 © Corinne Leforestier

On s’abandonne les yeux fermés à l’eau qui, inépuisablement, ouvre les chemins ; nulle excursion n’est plus envoûtante que celle où le bien-être inhérent à tout voyage au fil de l’eau se double de la sécurité magique qui s’attache au fil d’Ariane. Ainsi pendant de longues minutes, la barque progresse dans le silence glauque ; en même temps que le soleil, les falaises arrêtent jusqu’au moindre souffle d’air. Au milieu de l’excursion de l’Evre, ces moments de silence, dans ma mémoire, viennent se poser comme un long point d’orgue ; ce silence, un doigt sur les lèvres, debout et immobile, et matérialisé en demi au creux de ces étroits plein de présences païennes, c’est vraiment le génie du lieu qui l’impose.

Julien Gracq – extrait des eaux étroites

retour haut de page

Premières neiges : une nouvelle peinture

Les premières neiges sont là, elles m’ont inspiré une nouvelle peinture.

Premières neiges – technique mixte sur toile 146 x 114 – 2019 – © Corinne Leforestier

Et dans le tumulte silencieux résonne un poème de Supervielle

Descente de Géants

Montagnes derrière, montagnes devant
Batailles rangées d’ombres, de lumières,
L’univers est là qui enfle le dos,
Et nous, si chétifs entre nos paupières,
Et nos cœurs toujours en sang sous la peau.

Faut-il que pour nous brûlent tant d’étoiles
Et que tant de pluie arrive du ciel,
Et que tant de jours sèchent au soleil
Quand un peu de vent éteint notre voix,
Nous couchant le long de nos os dociles ?

Viendront les géants tombés d’autres mondes,
Ils enjamberont les monts, les marées,
Et vérifieront si la terre est ronde,
Par dérision, de leurs grosses mains,
Ou bien, reculant, de leurs yeux sans bords.

Jules Supervielle – La fable du monde
Poésie Gallimard Pléiade NRF p 402

retour haut de page

Le maître à la cascade

Dans divers poèmes chinois, comme celui de Jia Dao,
le maître est parti …  Mais Où ?

J’ai imaginé cette peinture « le maître à la cascade »
pour le chercher. Le trouverez-vous ?

Le maître à la cascade - technique mixte sur toile 150 x 120 – 2015 © corinne leforestier

Le maître à la cascade – technique mixte sur toile 150 x 120 – 2015  © Corinne Leforestier

Voici un  texte de Guillevic qui pourrait  faire écho…

♦♦♦♦♦♦

Où ?

Ce qui n’est pas dans la pierre,
Ce qui n’est pas dans le mur de pierre et de terre,
Même pas dans les arbres,
Ce qui tremble toujours un peu,
Alors c’est dans nous.

Guillevic Sphère
poésie/Gallimard p 39

retour haut de page

Fièrement propulsé par terracolorosa & Thème par Anders Norén