Étiquette : luyu

Un poème de Lu Yu : entendant une flûte

Il fait froid et il neige à Chaudon; j’ouvre l’anthologie
« le poêle et le poète et autres plaisirs poétiques de l’hiver » des éditions Moundarren,
la feuillette au coin du feu et m’arrête sur ce poème : « entendant une flûte »
Le texte me plaît, d’autant que j’entends Vahé jouer de sa nouvelle flûte à bec alto en arrière fond.

Je vais voir en fin de recueil quel en est l’auteur et découvre qu’il s’agit de Lu Yu.
Décidément je rencontre souvent ce poète sur mon chemin !

Voici ce poème calligraphié en xingcao

Un poème de Lu Yu calligraphié en xingcao en 2021 – © Corinne Leforestier

聞笛
陸游

雪飛數片又成晴
透瓦清霜伴月明
一曲忽聞高士笛
臨窗和以讀書聲

entendant une flûte de Lu Yu (1125 – 1210)
la neige volette, après quelques flocons déjà l’éclaircie
à travers les tuiles percées le givre sévère accompagne la lune lumineuse
soudain j’entends une mélodie, un homme au cœur noble joue de la flûte
à la fenêtre l’accompagne ma voix qui scande un livre

le poêle et le poète – Edition Moundarren p 79


Le  caractère xuě neige est composé des caractères :
yǔ pluie et shǒu main

Neige : la pluie et la main
la pluie qu’on peut retenir dans la main

雪 en kaishu, xingshu, caoshu de haut en bas

neige

pluie

main

Une autre calligraphie du même poème

 

la neige à Chaudon – hiver 2021

Belles journées…

retour haut de page

Un poème de Lu Yu : à l’attention des visiteurs

Les deux derniers vers de ce poèmes constitueront l’enseigne de notre maison-galerie que nous aménageons depuis juillet 2020 à Chaudon.
Depuis  mi octobre, je travaille ce poème et m’exerce à le calligraphier en plusieurs formats.
Voici un premier résultat.

Un poème de LuYu calligraphié en xingcao en 2020 – © corinne leforestier – 72 x 56

示客
陸游

桑枯成陰白草香
繅車聲裡午風涼
客來莫說人間事
且共山林夏日長

à l’attention des visiteurs de Lu Yu (1125 – 1210)
dans l’ombrage formé par les mûriers,
l’odeur de cent plantes
à midi, dans le vent frais le bruit des rouets
sur lesquels sont dévidés les cocons de soie
visiteurs, ne parlez pas des affaires du monde
mieux vaut avec la montagne et la forêt partager
cette longue journée d’été

Lu Yu le viel homme qui n’en fait qu’à sa guise – Edition Moundarren p 61


Ci-dessous deux essais de calligraphies des deux derniers vers.

La version définitive sera plus grande (200 x 50)…
A suivre au printemps !

format 70 x 40 Format 150 x 50

En attendant l’œuvre définitive, voici enfin trois photos du futur havre de paix

à bientôt

retour haut de page

Un poème de Lu Yu : au cours de l’été

夏日
陸游

溪漲清風拂面
月落繁星滿天
數只船橫浦口
一聲笛起山前

au cours de l’été de Lu Yu (1125 – 1210)
au bord de la rivière au flot gonflé le vent frais caresse mon visage
la lune s’est couchée, un essaim d’étoiles remplit le ciel
quelques barques de guingois dans la crique
d’une flûte un air mélodieux s’élève sur la montagne en face

L’art de la sieste « L’été » – Edition Moundarren


Dans ce poème, 6 caractères comportent le radical eau:
shuǐ

Il s’agit des mots ruisseau, monter, limpide, tomber, plein/rempli et confluent.

Les voici calligraphiés successivement en kaishu, xingshu et caoshu

ruisseau

monter zhǎng

limpideqing

tomberluò

rempli, plein 滿 mǎn

confluent


le premier vers du poème

溪漲清風拂面

xī zhǎng qīng fēng fú miàn

au bord de la rivière au flot gonflé le vent frais caresse mon visage

retour haut de page

Fièrement propulsé par terracolorosa & Thème par Anders Norén