Étiquette : intermède

Intermède aux fabulles

Drôle d’apparition
Une chaise et un crabe se regardaient en chiens de faïence.
L’horloge sonna 22h22.
Un voile de particules fines s’insinua dans la chambre claire.

Alors,… tout s’emmêla!
– le chat et la pelote rouge
– la baleine bleue et le casse-noisettes
– le soleil jaune et la nuit noire.
– le vert des rideaux

Et c’est comme ça que Polyptonus fit son apparition
dans un grand éternuement cosmique.

◊◊◊

Et après?
L’homo-sapiens, y partira
et après?
Après, Polyptonus apparaîtra
Et qui c’est-t-y donc que c’tuluberlu?
Polyptonus, c’est un homme à tout faire :
– l’anarchie
– la polygamie (et andrie)
– la décoruction
Sans parler :
– des langages à touiller
– des berlines en roues libres
– des ciseaux bourlingueurs
– et des tramways en beurre de ca-chaos.

Alors là, j’veux en être
d’l’après d’maintenant
pour rencontrer c’t’oiseau là.

◊◊◊

Qui était-ce ?
La grenouille sur son rocher
le cul dans l’eau
attendait le quidam.
Le quidam, c’était
l’inconnu de la fable;
il fallait qu’il passât par là
et zipppp : plus là.
C’était un mardi
de lune rousse
en climat tempéré
loin, loin, si loin des tropiques
de par chez nous.

◊◊◊

Prière au persil
Saint Guy Toun du persil
que tes graines germent,
que tes folioles pullulent,
que ton goût époustoufle.
Semis ici,
souffle par là,
arrose de vie
nos bonnes salades.

◊◊◊

Prière aux courants d’air
Par le vent et par le haut
voltigent les paltos.
Quand les boutons sautent :
rideau-ciseau !
Le vide-poche s’estomaque.
A quand les fermetures éclair?

◊◊◊

Sans coup férir
– T’en as de bonnes toi!
Cent coups fait rire …?
Et ton croupion il en pense quoi ?
En plus y cause même pas le bon vieux “François”
“Sans cou fait rire” serait déjà mieux conjugué,
mais sans cou, où est la tête?
et comment en rire alors?
– Ah je vois que tu es féru de verve grammaticale!
Je féris
tu féris
il férit
nous férissons à grands coups de bâtons …
sans coup férir du tout du tout.

◊◊◊

Corinne Leforestier – Chaudon – juin 2022

retour haut de page

Intermède à la fourmi

LA FOURMI

Une fourmi de dix-huit mètres
Avec un chapeau sur la tête,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.

Une fourmi traînant un char
Plein de pingouins et de canards,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.

Une fourmi parlant français,
Parlant latin et javanais,
Ça n’existe pas, ça n’existe pas.

Eh! Pourquoi pas?

Robert Desnos

 

En ce début 2022, je repense (et pourquoi pas ?) à Robert Desnos qui avait réussi à faire passer pour une comptine (qui fut apprise par de nombreux enfants dans les classes de France), un texte qui dénonçait pour des yeux avertis, la déportation.

Qui ne connaît pas cette poésie “Chantefable” ?

Relisez là avec vos yeux d’adultes en vous disant que la fourmi peut être aussi une locomotive qui emporte en déportation enfants, femmes et hommes de toutes langues…
Et souvenez-vous que Desnos est mort en déportation du typhus le au camp de concentration de Theresienstadt, en Tchécoslovaquie.

La voici chantée par Juliette Greco

Voici aussi une émission de France Culture relatant cela (au bout d’une heure douze d’émission environ pour ceux qui sont pressés).

♦♦♦♦♦

“La fourmi” me rappelle également une exposition du peintre
陈训勇  (Chen Xunyong) que j’avais vue en 2007 à Pékin.
Cette exposition m’avait  frappée ; j’en étais sortie très mal à l’aise… Pourquoi ?

 

 

retour haut de page

Intermède à l’éléphant

Ce dessin vous évoque-t-il quelque chose ?

Un proverbe taoïste de circonstance en guise de vaccination sans effets indésirables

calligraphie en xingcao – Corinne Leforestier 2021

自樂平生道

zì lè píng shēng dào

je me réjouis dans la voie de tous les jours

◊◊◊◊◊

Le voici calligraphié en 5 styles différents inspirés de 4 calligraphes célèbres (de gauche à droite) :

mifu 米芾 (1051-1107) colonne 1

wen zheng Ming 文徵明 (1470-1559) colonne 2

Zhi Yong 智永 de la période des sui (581-618) colonnes 3 et 4

zhaomeng fu 趙孟頫 (1252-1322) colonne 5

retour haut de page

Intermède au haricot

— Et si l’ombre de l’avenir se perpétuait dans le passé,
qu’en serait-il des haricots à rame ?
Palabrait un arbrisseau.

— Ne rougiraient-ils pas de confusion ?
Pépiait Petit Moineau.

— Si fait, si haut, qu’en leur feuillage surgirait l’abricot.
Persiflait un tourangeau.

— N’est-ce donc pas cela, qu’on appelle “la fin des haricots” ?
Concluait l’prof de philo.

 

Et pendant ce temps là, le taureau cherchait les épinards
(qu’il finit par trouver)…

Post Scriptum :
Reprise du cours normal de ce blog dans quinze jours.
Mais comme l’écrivait Pierre Dac :

Les prévisions sont difficiles surtout lorsqu’elles concernent l’avenir

Qui peut savoir ?

retour haut de page

Fièrement propulsé par Terracolorosa & Thème par Anders Norén