Catégorie : Calligraphe

chapitre 81 du Tao Te King (6/6)

Le dernier chapitre du Tao Te King

道德 经   老子   第八十一章

信言不美,美言不信
善者不辯,辯者不善
知者不博,博者不知
聖人不積,既以為人己愈有,
既以與人己愈多
天之道,利而不害;聖人之道
為而不争

xìn yán bù měi měi yán bù xìn
shàn zhě bù biàn ,biàn zhě bù shàn
zhī zhě bù bó, bó zhě bù zhī
shèng rén bù jī , jì yǐ wéi rén jǐ yù yǒu ,
jì yǐ yǔ rén jǐ yù duō
tiān zhī dào, lì ér bù hài ; shèng rén zhī dào
wéi ér bù zhēng

chapitre 81 du Tao Te King de Lao Tseu calligraphié en kaishu en 2022 © corinne leforestier

chapitre 81 du Tao Te King de Lao Tseu calligraphié en xingshu en 2022 © corinne leforestier

 

voici les trois traductions

Les paroles vraies ne sont pas belles
les belles paroles ne sont pas vraies

celui qui sait n’est pas pour autant érudit
celui qui est érudit ne sait pas pour autant

celui qui est bon ne discourt pas
celui qui discourt n’est pas bon

Le sage n’accumule pas pourtant,
plus il fait pour les autres plus il est
plus il donne aux autres plus il a

le tao du ciel profite sans jamais nuire
le tao du Sage est d’œuvrer sans jamais rivaliser.

Traduction de Cheng Wing fun et Hervé Collet – Le vieux sage – de l’accord au cours des choses – éditions Moundarren

Les paroles sincères
Ne sont pas belles
Les belles paroles
Ne sont pas forcément sincères

L’homme bon
N’a pas la langue bien pendue
L’homme qui a la langue bien pendue
N’est pas forcément bon.

Le sage n’a pas
de connaissances étendues
Celui qui a des connaissances étendues
N’est pas forcément sage.

Le sage n’accumule pas les richesses
Plus il aide
Plus il possède;
Plus il donne
Plus il s’enrichit.

Le Tao du ciel
Favorise sans nuire.
Le Tao du sage
Agit sans disputer.

Traduction de Shi Bo

Les paroles vraies ne sont pas agréables;
Les paroles agréables ne sont pas vraies.

Un homme de bien ne discute pas,
L’homme qui discute n’agit pas pour le bien.

Celui qui sait n’est pas un érudit.
Un érudit n’est pas celui qui sait.

Le saint ne réserve rien;
en agissant pour autrui, il possède davantage;
en donnant à autrui, il multiplie
davantage encore sa richesse.

La voie du ciel consiste à avantager sans nuire.
La voie du saint consiste à agir sans rien disputer.

Traduction Liu Kia-Hway et Benedyct Grynpas – philosophes taoïstes I – gallimard nrf

◊◊◊◊◊◊

Exercice calligraphique préparatoire

Tao calligraphié de différentes façons
dào voie, tao

◊◊◊◊◊◊

Le récapitulatif des 5 articles précédents

première phrase
deuxième phrase
troisème phrase
quatrième phrase
cinquième phrase

 

 retour haut de page

Sentence du jour tirée du Tao Te King (5/6)

Cinquième phrase du chapitre 81
du Tao Te King de Lao Tseu
道德 经   老子   第八十一章

天之道,利而不害;聖人之道
為而不争

tiān zhī dào, lì ér bù hài ; shèng rén zhī dào
wéi ér bù zhēng

Sentence de Lao Tseu calligraphié en xingcao en 2022 – © Corinne Leforestier

En voici trois traductions

Le tao du ciel profite sans jamais nuire
le tao du Sage est d’œuvrer sans jamais rivaliser.

Traduction de Cheng Wing fun et Hervé Collet – Le vieux sage – de l’accord au cours des choses – éditions Moundarren

Le Tao du ciel
Favorise sans nuire.
Le Tao du sage
Agit sans disputer.

Traduction de Shi Bo

La voie du ciel consiste à avantager sans nuire.
La voie du saint consiste à agir sans rien disputer.

Traduction Liu Kia-Hway et Benedyct Grynpas – philosophes taoïstes I – gallimard nrf

Exercices calligraphiques préparatoires

I – Cinq caractères de cette phrase calligraphiés de bas en haut en kaishu, xingshu, caoshu

de gauche à droite :


zhēng disputer, rivaliser
hài nuire
1. tranchant – 2. favorable, propice – 3. avantage, profit
dào voie, tao
tiān ciel

II – Quatre caractères calligraphiés à partir des modèles de cinq grands calligraphes (extraits du texte “1000 caractères”)

de gauche à droite :

Huai Su 懷素 (737–799) colonne 1

Mi Fu 米芾 (1051-1107) colonne 2

Wen Zheng Ming 文徵明 (1470-1559) colonne 3

Zhi Yong 智永 (581-618) colonnes 4 et 5

Zhao Meng Fu 趙孟頫 (1252-1322) colonne 6

deux autres compositions calligraphiques de la sentence

Dans cette composition verticale, il manque un caractère : lequel ?

Les deux dernières phrases du chapitre 81 calligraphiées ensemble

A suivre dans les semaines à venir
 La calligraphie du chapitre 81 entier en kaishu et en xingshu

 retour haut de page

Sentence du jour tirée du Tao Te King (4/6)

Quatrième phrase du chapitre 81
du Tao Te King de Lao Tseu
道德 经 – 老子 – 第八十一章

聖人不積,既以為人己愈有,
既以與人己愈多

shèng rén bù jī , jì yǐ wéi rén jǐ yù yǒu ,
jì yǐ yǔ rén jǐ yù duō

Sentence de Lao Tseu calligraphié en xingcao en 2022 – © Corinne Leforestier

En voici trois traductions

Le sage n’accumule pas pourtant,
plus il fait pour les autres plus il est
plus il donne aux autres plus il a.

Traduction de Cheng Wing fun et Hervé Collet – Le vieux sage – de l’accord au cours des choses – éditions Moundarren

Le sage n’accumule pas les richesses
Plus il aide
Plus il possède;
Plus il donne
Plus il s’enrichit.

Traduction de Shi Bo

Le saint ne réserve rien;
en agissant pour autrui, il possède davantage;
en donnant à autrui, il multiplie
davantage encore sa richesse.

Traduction Liu Kia-Hway et Benedyct Grynpas – philosophes taoïstes I – gallimard nrf

Exercices calligraphiques préparatoires

I – Cinq caractères de cette phrase calligraphiés de bas en haut en kaishu, xingshu, caoshu

de gauche à droite :

accumuler
shèng sage
wéi 1. agir / faire – 2. servir de – 3. devenir / être –4. (préposition) par
de plus en plus
offrir

II – Quatre caractères calligraphiés à partir des modèles de cinq grands calligraphes (extraits du texte “1000 caractères”)

de gauche à droite :

Huai Su 懷素 (737–799) colonne 1

Mi Fu 米芾 (1051-1107) colonne 2

Wen Zheng Ming 文徵明 (1470-1559) colonne 3

Zhi Yong 智永 (581-618) colonnes 4 et 5

Zhao Meng Fu 趙孟頫 (1252-1322) colonne 6

une autre calligraphie de la sentence

A suivre dans les semaines à venir
deux autres articles sur ce sujet
1 – La cinquième phrase (et dernière) du chapitre 81
2 – La calligraphie du chapitre 81 entier en kaishu et en xingshu

 retour haut de page

Chin Kuan – Prenant le frais

Une poésie de Chin Kuan calligraphiée en xingcao en 2021 – © Corinne Leforestier

秦觀-納涼

攜扙來追柳外涼
畫橋南畔倚胡床
月明船笛參差起
風定池蓮自在香

Chin Kuan (1049 – 1100)
Prenant le frais

canne à la main je sors en quête de la fraîcheur des saules
sur la berge au sud du pont laqué je m’allonge dans une chaise pliante
sous la lune claire, dans les barques le son des flûtes s’élève
le vent se calme, sur l’étang le suave parfum des lotus

“L’art de la sieste – l’été” – Edition Moundarren

♦♦♦♦♦♦♦

Je travaille la calligraphie en m’appuyant sur un texte célèbre intitulé
“les 1000 caractères” formé de 250 quatrains.
Il sert de références aux calligraphes car il est composé de 1000 caractères différents.

A titre d’exemple voici le 111ème quatrain :

畫綵仙靈

peinture en couleur du monde des immortels

dans lequel on retrouve l’un des caractères du poème de Chin Kuan

Le voici calligraphié à partir des modèles de cinq grands calligraphes :
de gauche à droite

Huai Su 懷素 (737–799) colonne 1

Mi Fu 米芾 (1051-1107) colonne 2

Wen Zheng Ming 文徵明 (1470-1559) colonne 3

Zhi Yong 智永 de la période des sui (581-618) colonnes 4 et 5

Zhao Meng Fu 趙孟頫 (1252-1322) colonne 6

♦♦♦♦♦♦♦

Voici deux autres calligraphies du poème de Chin Kuan

Les trois ensembles.

Bon mois d’Août dans la fraîcheur estivale.

Prochain article le 29 Août :
vous y découvrirez les gravures créées cet été …

retour haut de page

Intermède à l’éléphant

Ce dessin vous évoque-t-il quelque chose ?

Un proverbe taoïste de circonstance en guise de vaccination sans effets indésirables

calligraphie en xingcao – Corinne Leforestier 2021

自樂平生道

zì lè píng shēng dào

je me réjouis dans la voie de tous les jours

◊◊◊◊◊

Le voici calligraphié en 5 styles différents inspirés de 4 calligraphes célèbres (de gauche à droite) :

mifu 米芾 (1051-1107) colonne 1

wen zheng Ming 文徵明 (1470-1559) colonne 2

Zhi Yong 智永 de la période des sui (581-618) colonnes 3 et 4

zhaomeng fu 趙孟頫 (1252-1322) colonne 5

retour haut de page

Wang Wei – Pavillon au fond des bambous

王维 – 竹裏館

Wang Wei (701 – 761)
Pavillon au fond des bambous

Un poème de WangWei calligraphié en xingcao en 2021 -70 x 45 © Corinne Leforestier

獨坐幽簧裏
彈琴複長嘯
深林人不知
明月來相照

Assis, solitaire, dans le bois dense de bambous
Je gratte le luth en chantant à pleine voix
La forêt est profonde, personne ne m’entend
Seule la lune me caresse de sa lumière limpide

Traduction de Shi bo

Une autre calligraphie de ce poème au format 45 x 35

Un proverbe citant le luth

琴韻逐風逝

qín yùn zhú fēng shì

le beau son du luth chevauche le vent doux

2021 : L’année du buffle

Entrons dans cette nouvelle année du buffle avec une peinture sur rocher et un proverbe

Peinture sur rocher au fil des quatre saisons © Corinne Leforestier

 

對牛彈琴

dùi níu tán qín

“Jouer du luth devant les buffles”

ce qui équivaut dans le sens le plus courant à :

“parler à un mur”

calligraphie en xingcao – 2021 – Corinne Leforestier

Il existe une autre interprétation de ce proverbe :
le musicien s’aperçoit que le buffle ne peut pas comprendre les mélodies jouées; il l’observe attentivement et change de rythme. L’animal réagit immédiatement …

Cela me rappelle une histoire arrivée à mon frère. Il s’exerçait à la bombarde (instrument à vent breton).
La fenêtre de sa chambre était ouverte. Les vaches qui se trouvaient dans le champs de l’autre côté de la rivière se sont mises à galoper vers lui et à  danser dans la prairie !

Je vous souhaite pour 2021 de trouver la bonne musique pour enchanter et faire danser le monde qui vous entoure.

Voici pour celles et ceux qui veulent s’exercer à la calligraphie chinoise, ce même proverbe en trois styles.
De gauche à droite : kaishu, xingshu, caoshu.

retour haut de page

Le premier et le dernier caractère de la préface au pavillon des orchidées de Wang Xizhi

Depuis quelques temps déjà, je m’étais promise d’écrire un post sur le premier et le dernier caractère de la célèbre préface du pavillon des orchidées (蘭亭集序) de Wang XiZhi (王羲之 –321-379 ou 303-361).

Regardez attentivement ce fac-similé de l’époque Tang.

La Préface rédigée au pavillon des Orchidées (wikipedia)

En haut à droite, le premier caractère est le caractère 永  : éternel, éternité

En bas à gauche, le dernier est le caractère 文 : écriture, civilisation

Or, ces deux caractères ne sont-ils pas emblématiques ?

De nombreux manuels de calligraphie chinoise présentent le caractère comme un condensé de la technique calligraphique :
il contient les 8 traits fondamentaux à la base du kaishu (écriture régulière)

Quant au  caractère , il pourrait symboliser le fondement même de la calligraphie chinoise.

Selon Cyrille Javary,

L’idéogramme recouvre une vaste plage de sens :
Le premier niveau de sens est: lignes. Toutes les sortes de lignes créées par la nature: les veines dans les bois ou les pierres, les filons dans les mines, les failles dans le jade, etc.
De là il va servir à désigner les lignes observées par les humains, en particulier celles qui formaient les fissurations que les antiques opérations divinatoires faisaient apparaître dans les omoplates de bœufs et les carapaces de tortues.
Puis tout naturellement on a appliqué ce terme aux signes formés de lignes que les devins gravaient directement au poinçon sur les pièces divinatoires pour résumer les informations qu’ils tiraient de la forme de ces fissurations et qui sont devenus… les idéogrammes.
De là surgit le second niveau de sens de ce caractère où se rassemble tout ce qui a trait à la sphère de l’écrit […]
Ensuite, en raison de l’importance de l’écrit dans la pensée chinoise, ce sens va s’élargir jusqu’à signifier: culture et civilisation en général mais aussi: élégance, raffinement, deux niveaux qui se confondent naturellement pour les lettrés qui administrent l’empire deux mille ans durant.

Cyrille Javary – 100 mots pour comprendre les chinois

La légende raconte que Cang Jie, devin de l’empereur jaune, inventa l’écriture.
Il avait quatre yeux et pénétrait tout de son regard :
au-dessus de lui les méandres de la constellation Kui,
et devant lui, les signes de la tortue et les traces des oiseaux.

Voici un portrait de Cang Jie, représenté avec les quatre yeux qui lui permettent de voir les secrets du ciel et de la terre.

Ce portrait est troublant, ne trouvez-vous pas ?

Fixez le cinq minutes …………… vous louchez bien ?

Maintenant, vous êtes prêts à lire les signes que nous ont laissés les mésanges hier :

Alors : que nous ont-elles raconté ?

Comme vous l’aurez deviné, j’aime les histoires, les légendes et les visions qui réenchantent le Monde.

Voici pour commencer 2021 en beauté, une vision de Jean Tardieu  :
un extrait tiré de « l’Homme retrouvé », dernière de ses trois visions de l’Homme.

« Elle évoque pour moi l’attitude d’un homme, qui au lieu d’être effrayé par les énigmes qui se lèvent à tout moment sur ses pas et dont il est, pour ainsi dire, imprégné, s’accoutumerait à concevoir le mystère, le « Surnaturel » et la Contradiction comme une sorte de nécessité de l’être, comme une des conditions indispensables de toute vie, comme inséparable de sa pensée, de la nature et du monde, presque comme une dimension de la réalité. »

[…]

Ce serait plutôt, si l’on veut, une attitude devant la vie, une attitude panique et poétique, car elle s’accompagnerait d’une sorte d’enivrement de l’esprit devant la grandeur de ce qui nous dépasse et nous contient, devant l’infinie diversité des apparences auxquelles nous sommes mêlés. […]

Tardieu Oeuvres – quarto gallimard p 554

 

Bonne année 2021 remplie de mystères à contempler et d’écritures à inventer !


Quelques références à consulter pour ceux qui souhaiteraient approfondir ces sujets :

Wikipedia  : https://fr.wikipedia.org/wiki/Caract%C3%A8res_chinois

Un dossier de la BNF : http://expositions.bnf.fr/chine/arret/1/6.htm

 

retour haut de page

 

La préface au pavillon des orchidées de Wang Xizhi

Depuis un an je travaille la célèbre préface du pavillon des orchidées (蘭亭集序) de Wang XiZhi (王羲之 –321-379 ou 303-361) considéré comme le prince des calligraphes.

Voici un fac-similé de l’époque Tang.

La Préface rédigée au pavillon des Orchidées (wikipedia)

Je présente dans ce post la 4ème version que j’ai réalisée cet été. Il ne s’agit pas d’un fac-similé où les calligraphes recopient la composition à l’identique (y compris avec les corrections ce qui surprend beaucoup les occidentaux) mais d’une présentation en colonnes de 15 caractères qui se base sur le modèle du calligraphe contemporain 陳國昭.

modèle de 陳國昭

J’ai également suivi le modèle conseillé par Shi Bo en travaillant chaque caractère un par un avant de les travailler colonne par colonne


Voici le résultat.

calligraphie 2020 -sur papier de riz 70 x 140 Corinne Leforestier

Quelques détails

 

Au fil des jours je sens le pinceau plus fluide mais je suis encore loin de l’idéal. Il y aura d’autres tentatives ! 

Travailler ce style calligraphique est une belle méditation à l’instar des douze années passées à travailler la calligraphie avec Shi Bo.


Quelques références à consulter pour ceux qui souhaiteraient approfondir ce sujet :

La légende autour de cette calligraphie relatée par Shi Bo : http://sereniteart.blogspot.com/2015/05/le-pavillon-des-orchidees-preface-de.html

Une exposition de la BNF : http://expositions.bnf.fr/chine/arret/1/6.htm

Une exposition au musée Cernuschi présentant également une traduction : https://www.cernuschi.paris.fr/fr/collections/collections-chinoises/chine-moderne-et-contemporaine/preface-au-pavillon-des-orchidees

Belles découvertes  ! ……………………..

retour haut de page

 

Fièrement propulsé par terracolorosa & Thème par Anders Norén